Vade Retro CO2 !

Vade Retro CO2 ! Pouvons-nous reprendre ce slogan de Greenpeace ? Il est indéniable qu’il sous-tend la lutte du secteur immobilier contre le gaspillage énergétique, mais il n’est pas le seul aiguillon.

Sabine Ryckeboer

Le gaspillage coûte cher, très cher, à chaque occupant d’un logement, à chaque propriétaire et, par ricochet à toute la société. Au-delà, à nos descendants. Ils hériteront d’un climat dégradé et d’une planète gravement appauvrie en ressources fossiles.

Heureusement, le secteur immobilier s’active comme jamais dans la lutte contre les gâchis de chauffage, d’éclairage et d’énergie, en d’autres mots : de fuel, de gaz et d’électricité. Des normes et des techniques ingénieuses guident les nouvelles constructions, ainsi Minergie® dont nous avons parlé dans notre dernière édition. Quant au parc immobilier existant, il bénéficie d’outils et d’équipements novateurs dans la “chasse au gaspis”. Diagnostic et mesure, isolation et calfeutrage, équipements de récupération et de production d’énergie… un immense chantier est actuellement en œuvre.

Bénéficiaires à terme d’un juste retour économique, les propriétaires sont dans l’immédiat les investisseurs. Mais ils ne sont pas seuls. Le Service cantonal de l’énergie nous rappelle que “2009 restera un année-phare pour les incitations fédérales et cantonales aux économies d’énergie.” En vérité, la décennie qui débute fera encore beaucoup plus. Cette année 2009, l’État de Genève allouait 24 millions de francs de subventions pour les travaux d’amélioration, la Confédération 100 millions. Ces dix prochaines années, cette manne sera doublée.

L’année nouvelle s’ouvre donc sous d’encourageants auspices dont les propriétaires peuvent se féliciter, mais aussi les locataires, car ils profitent, eux aussi, des mesures d’économies.

Ces heureuses perspectives accompagnent les vœux chaleureux que nous vous adressons, Chers clients de la Régie du Rhône.

Sabine Ryckeboer
Responsable Qualité et Développement Durable